En naviguant sur notre site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui assurent le bon fonctionnement de nos services.
Cliquez sur le bouton Plus d'information pour obtenir une aide détaillée sur le paramétrage des cookies dans votre navigateur Web.

La confession de Massoud

Août 2001, l’écrivain-voyageur et grand reporter Olivier Weber offre son livre, Le Faucon afghan, au commandant Massoud. Deux jours avant les attaques du 11 septembre, le « Lion du Panchir » sera tué dans un attentat suicide.

Plus connu sous le nom de « Commandant Massoud », Ahmad Chah Massoud a dirigé le Front uni islamique et national pour le salut de l'Afghanistan, une coalition armée musulmane ayant combattu l'occupant soviétique de 1979 à 1989, puis le régime des talibans de 1996 à 2001. Il doit sa réputation de chef militaire à ses faits d’armes contre l’Armée rouge. Il a notamment repoussé sept attaques d'envergure menées par les troupes soviétiques dans la vallée du Panchir, au nord-est de Kaboul.

Dans son nouvel ouvrage qui oscille entre fiction et essai, Olivier Weber rend hommage à celui qu’il a bien connu, mais qui n'a pas eu le temps de nous délivrer son message, à savoir un plaidoyer pour un islam de la tolérance : « Les barbares sont à nos portes, les djihadistes et fondamentalistes veulent s’ériger en maîtres du monde, mais de quel monde parlent-ils ? Ils veulent régner sur une planète déserte, purifiée de ceux qu’ils jugent impies. Or l’Islam, le vrai Islam ne prône pas l’intolérance, il le combat. L’Islam ne crée pas l’injustice, il rend justice. L’Islam n’impose pas la domination, il sublime l’Autre. »

Selon l’auteur, l’islam a tous les atouts pour devenir un islam des lumières. Ce qu’il manque, ce sont des hommes, des vecteurs, des prédicateurs trop souvent minoritaires, qui sont souvent phagocytés par ceux qui parlent plus fort qu’eux. Par la pratique politique qu’il incarnait, le Commandant Massoud était assurément le porte-parole de cet islam de la tolérance.

On l’aura compris, le livre d’Olivier Weber est bien plus qu’un vibrant hommage à cet homme d’exception. C’est tout à la fois une méditation sur l’Histoire et un message universel de paix.

La Confession de Massoud, de Olivier Weber, Éditions Flammarion (2013), 192 pages, 18 euros

 

Évaluer cet élément
(2 Votes)
Olivier d'Auzon

Est juriste, consultant auprès de la Banque africaine pour le développement, de la Banque mondiale ou encore de l'Union européenne. Il a participé à la rédaction de "L'Afrique des nouvelles convoitises" (Ellipses, 2011) et est l'auteur de plusieurs ouvrages juridiques.

Laissez un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

événements et manifestations