En naviguant sur notre site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui assurent le bon fonctionnement de nos services.
Cliquez sur le bouton Plus d'information pour obtenir une aide détaillée sur le paramétrage des cookies dans votre navigateur Web.

Industries de défense : des implantations géographiques peu homogènes

  • Créé le 11-09-2013
  • Modifié le 12-09-2013
  • Écrit par 
  • Zoom Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police
Maquette 1/1 du drone EADS Talarion (salon du Bourget 2009) Maquette 1/1 du drone EADS Talarion (salon du Bourget 2009) Crédit photo / Tangopaso

Le projet de Loi de Programmation Militaire (LPM) pour la période 2014-2019, présenté par le ministre de la Défense le 2 août dernier, affirme que « La France fait le choix de considérer que l'industrie de défense est une composante essentielle de son autonomie stratégique. Elle joue un rôle majeur pour l'emploi industriel (environ 165000 personnes dont 20000 emplois hautement qualifiés) ».

Pour autant, il apparaît que la répartition de la manne étatique n'est pour le moins guère homogène ! Aucune industrie de défense en Champagne Ardennes et en Lorraine, presque rien tout le long des frontières de l'Est. Hasard ? Incompétence ? Probablement non. L'explication est sans doute historique : au cours du 20e siècle il fallait  mettre l'industrie d'armement le plus loin possible des zones de combat envisageables. Aujourd'hui, les implantations demeurent. Tant pis pour l'aménagement du territoire !

Si l'on met à part la Région parisienne où se trouvent de très nombreux sites de « matière grise » avec de multiples centres de recherche (Commissariat à l’Énergie Atomique, Office National d’Études et de Recherches Aérospatiales…), il apparaît que la  région qui génère le plus d'activités dans l'industrie de défense est Midi Pyrénées (21000 emplois) avec Thalès, EADS et Safran à Toulouse, et encore EADS à Labège. Vient ensuite la région PACA (19600 emplois) avec une caractéristique nette : tous les sites défense sont en bordure de mer : Istres, Marignane, Toulon, Saint-Tropez, Cannes, Valbonne. Deux raisons à cela : les constructions navales bien sûr mais aussi l'héliotropisme et la qualité de vie qui permettent d'attirer les meilleurs ingénieurs.

En troisième et quatrième positions viennent encore deux régions maritimes : la Bretagne (14000 emplois à dominante dans la construction navale autour de Brest et Lorient) et puis l'Aquitaine (13700 emplois essentiellement dans les domaines spatiaux et aéronautiques à proximité de Le Haillan, Pessac, Saint Médard et Mérignac). 

L'armement terrestre est situé plus au centre de la France avec les implantations de Nexter et MDBA à Bourges et Roanne (2650 emplois).

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Etienne Copel

Est président du collège des experts du Haut comité français pour la défense civile.

Laissez un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Livres

événements et manifestations